Qu’est-ce que le trouble de la consommation d’alcool, et quel est le traitement ?

Home » Qu’est-ce que le trouble de la consommation d’alcool, et quel est le traitement ?

L’alcoolisme, aujourd’hui connu sous le nom de trouble de l’usage de l’alcool, est un état dans lequel une personne éprouve le désir ou le besoin physique de consommer de l’alcool, même si cela a un impact négatif sur sa vie.

Dans le passé, une personne atteinte de ce trouble était qualifiée d' »alcoolique ». Toutefois, cette étiquette est de plus en plus considérée comme inutile et négative. Les professionnels de la santé affirment désormais qu’une personne ayantTrusted Source souffre d’un trouble de l’usage de l’alcool.

Selon l’Institut national de la santé (NIH), en 2015, 15,1 millions d’adultes américains deTrusted Source (6,2 % de la population) avaient un problème de consommation d’alcool.

Définition

L’Institut national sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme (NIAAA) décrit le trouble de la consommation d’alcool comme « une capacité réduite à arrêter ou à contrôler la consommation d’alcool malgré des conséquences sociales, professionnelles ou sanitaires négatives ».

Une personne atteinte de ce trouble ne sait pas quand ou comment arrêter de boire. Elle passe beaucoup de temps à penser à l’alcool, et elle ne peut pas contrôler la quantité qu’elle consomme, même si cela lui cause de graves problèmes à la maison, au travail et sur le plan financier.

Une consommation excessive ou inappropriée d’alcool n’est pas nécessairement synonyme de dépendance à l’alcool.

Une consommation modérée d’alcool ne cause généralement aucun dommage psychologique ou physique. Toutefois, si une personne qui aime boire en société augmente considérablement sa consommation ou consomme régulièrement plus que la quantité recommandée, la dépendance à l’alcool peut éventuellement se développer.

Symptômes de l’alcolisme

  • Une personne qui consomme des quantités excessives d’alcool ne sera souvent pas la première à s’en rendre compte.
  • Voici quelques signes et symptômes de l’AUD
  • boire seul ou en secret
  • ne pas être capable de limiter la quantité d’alcool consommée
  • s’évanouir et ne pas se souvenir de certaines parties du temps
  • avoir des rituels et être irrité si quelqu’un d’autre fait des commentaires sur ces rituels, par exemple, boire avant, pendant ou après les repas, ou après le travail
  • Perte d’intérêt pour les passe-temps qu’on aimait auparavant
  • ressentir un besoin impérieux de boire
  • se sentir irritable à l’approche des heures de consommation, surtout si l’alcool n’est pas ou risque de ne pas être disponible
  • stocker de l’alcool dans des endroits improbables
  • avaler des boissons pour se sentir bien
  • avoir des problèmes relationnels, juridiques, financiers ou professionnels dus à la consommation d’alcool
  • avoir besoin de plus d’alcool pour ressentir ses effets
  • avoir des nausées, transpirer ou trembler alors qu’on ne boit pas.
  • Certaines personnes présentent certains de ces signes et symptômes mais ne sont pas dépendantes de l’alcool.
  • La consommation d’alcool devient un problème lorsqu’elle prend le pas sur toutes les autres activités. La dépendance peut prendre plusieurs années à se développer.
  • Les problèmes liés à la dépendance à l’alcool sont nombreux. Les effets peuvent être physiques, psychologiques et sociaux.

Causes

La dépendance à l’alcool peut prendre de quelques années à plusieurs décennies pour se développer. Pour certaines personnes particulièrement vulnérables, elle peut survenir en quelques mois.

Au fil du temps, la consommation régulière d’alcool peut perturber l’équilibre de :

  • l’acide gamma-aminobutyrique (GABA) dans le cerveau
  • du glutamate
  • Le GABA contrôle l’impulsivité et le glutamate stimule le système nerveux.
  • Les niveaux de dopamine dans le cerveau augmentent après la consommation d’alcool. Les niveaux de dopamine peuvent rendre l’expérience de la consommation d’alcool plus gratifiante.

À long ou moyen terme, une consommation excessive d’alcool peut modifier considérablement les niveaux de ces substances chimiques dans le cerveau. Le corps a alors besoin d’alcool pour se sentir bien et éviter de se sentir mal.

Facteurs de risque possibles

consommation d'alcool

Certains facteurs de risque peuvent également être liés à une consommation excessive d’alcool.

  • Les gènes : Certains facteurs génétiques spécifiques peuvent rendre certaines personnes plus susceptibles de développer une dépendance à l’alcool et à d’autres substances. Il peut y avoir des antécédents familiaux.
  • L’âge de la première boisson alcoolisée : Une étude a suggéré que les personnes qui commencent à boire de l’alcool avant l’âge de 15 ans peuvent être plus susceptiblesTrusted Source d’avoir des problèmes avec l’alcool plus tard dans la vie.
  • La facilité d’accès : Il semble y avoir une corrélation entre l’accès facile à l’alcool – comme les prix bon marché – et l’abus d’alcool et les décès liés à l’alcool. Une étude a enregistré une baisse significative des décès liés à l’alcool après qu’un État ait augmenté les taxes sur l’alcool. L’effet s’est avéré être près de deux à quatre fois supérieur à celui d’autres stratégies de prévention, telles que les programmes scolaires ou les campagnes médiatiques.
  • Le stress : Certaines hormones de stress sont liées à l’abus d’alcool. Si les niveaux de stress et d’anxiété sont élevés, une personne peut consommer de l’alcool pour tenter de faire abstraction de ces bouleversements.
  • La consommation d’alcool par les pairs : Les personnes dont les amis consomment régulièrement ou excessivement de l’alcool sont plus susceptibles de boire trop. Cela peut éventuellement conduire à des problèmes liés à l’alcool.
  • Faible estime de soi : Les personnes qui ont une faible estime d’elles-mêmes et qui ont de l’alcool à portée de main sont plus susceptibles d’en consommer trop.
  • Dépression : Les personnes souffrant de dépression peuvent délibérément ou involontairement utiliser l’alcool comme moyen d’auto-traitement. D’autre part, une consommation excessive d’alcool peut augmenter le risque de dépression, au lieu de le réduire.
  • Médias et publicité : Dans certains pays, l’alcool est présenté comme une activité glamour, mondaine et cool. La publicité pour l’alcool et sa couverture médiatique peuvent accroître le risque en transmettant le message que la consommation excessive d’alcool est acceptable.
  • Comment le corps traite (métabolise) l’alcool : Les personnes qui ont besoin d’une quantité comparativement plus importante d’alcool pour obtenir un effet ont un risque plus élevé de développer un jour des problèmes de santé liés à l’alcool.

Diagnostic

Des critères spécifiques doivent être remplis avant qu’une personne ne soit diagnostiquée comme alcoolique.

Au moins trois des critères suivants doivent avoir été présents au cours des 12 derniers mois :

  • Tolérance à l’alcool : La personne a besoin d’une grande quantité d’alcool pour se sentir intoxiquée. Cependant, lorsque le foie est endommagé et ne peut plus métaboliser l’alcool aussi bien, cette tolérance peut diminuer. Des dommages au système nerveux central peuvent également réduire le niveau de tolérance.
  • Symptômes de sevrage : Lorsque la personne s’abstient de boire ou réduit sa consommation d’alcool, elle éprouve des tremblements, de l’insomnie, des nausées ou de l’anxiété. Elle peut boire davantage pour éviter ces symptômes.
  • Au-delà des intentions : La personne boit plus d’alcool, ou sur une plus longue période, que ce qu’elle avait prévu.
  • Tentatives infructueuses de réduction de la consommation : La personne essaie continuellement de réduire sa consommation d’alcool mais n’y parvient pas. Elle peut avoir un désir persistant de réduire sa consommation.
  • Temps consommé : La personne passe beaucoup de temps à se procurer, à consommer ou à se remettre de sa consommation d’alcool.
  • Sevrage : La personne se retire des activités récréatives, sociales ou professionnelles auxquelles elle participait auparavant.
  • Persistance : La personne continue de consommer de l’alcool, même si elle sait que cela lui nuit physiquement et psychologiquement.

Certains signes et symptômes de l’abus d’alcool peuvent être dus à une autre affection. Le vieillissement peut entraîner des problèmes de mémoire et des chutes, par exemple.

Une personne peut consulter un médecin pour un problème médical, tel qu’un problème digestif, et ne pas mentionner sa consommation d’alcool. Il peut donc être difficile pour un médecin d’identifier les personnes susceptibles de bénéficier d’un dépistage de la dépendance à l’alcool.

Si un agent de santé soupçonne que l’alcool peut être un problème, il peut poser une série de questions. Si le patient répond d’une certaine manière, le médecin peut alors utiliser un questionnaire standardisé pour en savoir plus.

Tests pour l’alcoolisme

Les tests sanguins ne peuvent révéler qu’une consommation d’alcool très récente. Ils ne peuvent pas dire si une personne a bu beaucoup d’alcool pendant une longue période.

Si un test sanguin révèle que les globules rouges ont augmenté de taille, cela peut être une indication d’une consommation d’alcool à long terme.

La transferrine déficiente en glucides (CDT) est un test sanguin qui permet de détecter une forte consommation d’alcool.

D’autres tests peuvent indiquer si le foie est endommagé ou, chez les hommes, si le taux de testostérone est réduit. Ces deux éléments peuvent indiquer une consommation chronique d’alcool.

Toutefois, le dépistage au moyen d’un questionnaire approprié est considéré comme un moyen efficace de parvenir à un diagnostic précis.

De nombreuses personnes qui consomment des quantités malsaines d’alcool nient que l’alcool leur pose un problème. Elles peuvent avoir tendance à minimiser l’ampleur de leur consommation.

Parler avec les membres de la famille peut aider le médecin à comprendre la situation, mais il devra obtenir leur permission pour le faire.

Complications

La consommation d’alcool améliore généralement l’humeur d’une personne au début. Cependant, une personne qui consomme des quantités malsaines d’alcool depuis longtemps est susceptible de devenir sédative lorsqu’elle boit. Cela est dû au fait que l’alcool déprime le système nerveux. L’alcool peut miner le jugement d’une personne. Il peut diminuer les inhibitions et modifier les pensées, les émotions et le comportement général du buveur. Une consommation régulière et importante d’alcool peut sérieusement affecter la capacité d’une personne à coordonner ses muscles et à parler correctement. Une consommation excessive d’alcool peut conduire à un coma.

À terme, une forte consommation régulière d’alcool peut entraîner au moins l’un des problèmes suivants :

  • Fatigue : La personne se sent fatiguée la plupart du temps.
  • Perte de mémoire : L’alcool affecte en particulier la mémoire à court terme.
  • Muscles oculaires : Les muscles oculaires peuvent s’affaiblir considérablement.
  • Maladies du foie : Le risque de développer une hépatite et une cirrhose, une maladie irréversible et progressive, est plus élevé.
  • Complications gastro-intestinales : Une gastrite ou des lésions du pancréas peuvent survenir. Ceux-ci vont compromettre la capacité de l’organisme à digérer les aliments, à absorber certaines vitamines et à produire des hormones qui régulent le métabolisme.
  • Hypertension : Une consommation régulière et importante d’alcool est susceptible d’augmenter la pression artérielle.
  • Problèmes cardiaques : Il existe un risque plus élevé de cardiomyopathie (muscle cardiaque endommagé), d’insuffisance cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.
  • Diabète : Le risque de développer un diabète de type 2 est élevé, et les personnes atteintes de diabète ont de fortes chances de souffrir de complications si elles consomment régulièrement plus d’alcool que ce qui est recommandé. L’alcool empêche la libération du glucose par le foie, ce qui entraîne une hypoglycémie. Si une personne diabétique utilise déjà de l’insuline pour faire baisser son taux de sucre dans le sang, l’hypoglycémie peut avoir de graves conséquences.
  • Menstruations : Une consommation excessive d’alcool peut arrêter ou perturber les menstruations.
  • Dysfonctionnement érectile : Il peut y avoir des problèmes pour obtenir ou maintenir une érection.
  • Syndrome d’alcoolisation fœtale : La consommation d’alcool pendant la grossesse augmente le risque de malformations congénitales. Le nouveau-né peut avoir une petite tête, des problèmes cardiaques, des paupières raccourcies et des problèmes de développement et de cognition.
  • Amincissement des os : L’alcool interfère avec la production de nouveaux os, ce qui entraîne un amincissement des os et un risque accru de fractures.
  • Problèmes du système nerveux : Il peut y avoir un engourdissement des extrémités, de la démence et des pensées confuses ou désordonnées.
  • Cancer : Le risque de développer plusieurs cancers est plus élevé, notamment le cancer de la bouche, de l’œsophage, du foie, du côlon, du rectum, du sein, de la prostate et du pharynx.
  • Accidents : Le risque de blessures dues à des chutes, des accidents de la route, etc. est plus élevé.
  • Violence conjugale : L’alcool est un facteur important dans la violence conjugale, la maltraitance des enfants et les conflits avec les voisins.
  • Problèmes professionnels ou scolaires : Les problèmes d’emploi ou d’éducation et le chômage sont souvent liés à l’alcool.
  • Le suicide : Les taux de suicideSource fiable chez les personnes dépendantes de l’alcool ou qui consomment de l’alcool de façon inappropriée sont plus élevés que chez les autres.
  • Maladie mentale : L’abus d’alcool augmente le risque de maladie mentale et peut aggraver des maladies mentales existantes.
  • Problèmes avec la loi : Les personnes qui consomment de l’alcool sont beaucoup plus susceptibles de passer du temps au tribunal ou en prison, par rapport au reste de la population.

Traitement de l’alcoolisme

La première étape vers la guérison consiste à reconnaître l’existence d’un problème de dépendance à l’alcool. L’étape suivante consiste à obtenir de l’aide. Celle-ci est disponible auprès d’une série de groupes de soutien et de services professionnels.

Voici les options de traitement reconnues pour l’alcoolisme :

  • Le bricolage : Certaines personnes ayant un problème d’alcoolisme parviennent à réduire leur consommation d’alcool ou à s’abstenir de boire sans demander l’aide d’un professionnel.
  • Conseil : Un conseiller qualifié peut aider la personne à partager ses problèmes, puis à élaborer un plan pour s’attaquer à sa consommation d’alcool. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est couramment utilisée pour traiter la dépendance à l’alcool.
  • Traiter les problèmes sous-jacents : Il peut y avoir des problèmes d’estime de soi, de stress, d’anxiété, de dépression ou d’autres aspects de la santé mentale. Il est important de traiter également ces problèmes, car ils peuvent accroître les risques posés par l’alcool. Les problèmes courants liés à l’alcool, comme l’hypertension, les maladies du foie et éventuellement les maladies cardiaques, devront également être traités.
  • Programmes résidentiels : Ils peuvent offrir une aide professionnelle spécialisée, une thérapie individuelle ou de groupe, des groupes de soutien, une formation, la participation de la famille, une thérapie par l’activité et une foule de stratégies pour traiter l’abus d’alcool. Le fait d’être physiquement éloigné de tout accès à la tentation est utile pour certaines personnes.
  • Médicament qui provoque une réaction grave à l’alcool : L’Antabuse (disulfirame) provoque une réaction grave lorsque quelqu’un boit de l’alcool, notamment des nausées, des bouffées de chaleur, des vomissements et des maux de tête. C’est un moyen de dissuasion, mais il ne traite pas la compulsion à boire et ne résout pas le problème à long terme.
  • Médicaments contre l’état de manque : La naltrexone (ReVia) peut aider à réduire l’envie de boire. L’acamprosate (Campral) peut aider à lutter contre les envies de boire.
  • Désintoxication : Les médicaments peuvent aider à prévenir les symptômes de sevrage (delirium tremens, ou DT) qui peuvent survenir après l’arrêt du tabac. Le traitement dure généralement de 4 à 7 jours. Le chlordiazépoxide, un médicament de type benzodiazépine, est fréquemment utilisé pour la désintoxication (détox).
  • L’abstinence : Certaines personnes réussissent leur désintoxication, mais recommencent à boire peu après ou quelque temps plus tard. L’accès à des conseils, l’aide médicale, les groupes de soutien et le soutien familial peuvent tous aider la personne à éviter l’alcool au fil du temps.

Lire d’autres de nos blogs :